Gond-Pontouvre (16) – ZAC Rochine
Architecte en chef de la ZAC
2019-10-08T16:26:18+02:00

Description du projet

Gond-Pontouvre (16) – ZAC Rochine

Un éco-quartier dans le Grand Angoulême

En première couronne de la banlieue d’Angoulême, Gond-Pontouvre comprend dans son tissu post agricole et maraîcher en lanières, des zones d’activité en friche, entre rues aux maisons de ville calcaire et lotissements pavillonnaires, particulièrement en bordure des anciennes emprises ferrées qui vont de la gare à la Charente. Le site Rochine est issu de cette histoire foncière angoumoisine, qui par sa proximité immédiate de la gare d’Angoulême, peut prétendre à l’urbanisation douce, alors que les agglomérations moyennes connaissent crise démographique, détente immobilière et resserrement territorial.

Par sa localisation, le projet se pose en alternative au mitage périurbain qui semblait jusqu’ici inéluctable et infini. Par sa proximité des services et des transports publics, les habitants du futur quartier Rochine peuvent se projeter dans une pratique urbaine au quotidien avec un usage restreint de la voiture. En complément, le programme de logements groupés offre une qualité de vie au regard du tout collectif qui semble référer à un projet de vie plus central, plus trépidant.

Après dépollution des terres, du fait d’une urbanisation douce à la densité moyenne insérée en zone déjà urbanisée, le quartier Rochine peut se prétendre éco-quartier : économie et frugalité de voirie et réseaux, gestion naturelle des eaux de pluies et faible impact de perméabilité. à ces qualités intrinsèques, l’éco-quartier complétera sa réussite par une ambition énergétique des bâtiments, de sorte que Gond-Pontouvre prenne sa part dans la transition du Grand Angoulême.

Mutation d’une friche industrielle reconvertie en écoquartier en bord de Charente

Programme : Architecte en chef de la ZAC Rochine
Maîtrise d’ouvrage : Territoires Charente
Équipe : RVA, architectes urbanistes mandataires et paysagistes  -ASTEC, BET VRD et économistes – BURGEAP, BET Pollution
Calendrier : Étude de 2009 à 2017
Superficie : 9.5 hectares

Actualités et liens associés à ce projet

Le projet de réhabilitation de la résidence des Bleuets à Créteil lauréat du Trophée Béton 2019

Par |22/10/2019|

Le projet de réhabilitation de la résidence des Bleuets à Créteil pour CDC Habitat, livré par l’agence RVA en 2018 au terme d’une vingtaine d’années de travail, a été récompensé du Trophée Béton catégorie professionnelle. 
Le palmarès de cette seconde édition a été dévoilé le 17 octobre 2019 à la Maison de l’architecture à Paris (Xè). Sur les 204 candidatures reçues, 25 projets ont été sélectionnés et 10 projets ont été distingués.
Vincent Lacaille, membre du jury représentant Agnès Vince du ministère de la Culture et de la Communication, a remis le prix à Dominique Renaud et Philippe Vignaud, architectes associés de l’agence.
L’occasion pour eux de de souligner que la réhabilitation n’est pas un art mineur, et de rendre hommage à l’architecte Paul Bossard qui a conçu la résidence en 1962.

Outre la mise aux normes thermique, la mission culturelle devenait la préservation documentée de cette œuvre singulière classée « Architecture contemporaine remarquable ».
Le laboratoire d’études et de recherche sur les matériaux (LERM) a été missionné par l’agence RVA pour diagnostiquer les éléments de façades en béton et proposer des préconisations pour leur réhabilitation

Voir les résultats

Créteil Bleuets – Inauguration de la résidence

Par |18/09/2019|

Mercredi 18 septembre a eu lieu l’inauguration de la fin du projet de rénovation urbaine de la résidence des Bleuets, menée depuis le début des années 2000 par l’agence RVA pour CDC Habitat (anciennement Efidis), en présence du maire Laurent Cathala, des services départementaux, régionaux et de l’ANRU, ainsi que des représentants de la maîtrise d’ouvrage et de l’équipe de maîtrise d’œuvre et d’exécution.
L’occasion de saluer l’attention de la collectivité et de la maîtrise d’ouvrage à la préservation de la qualité patrimoniale à travers l’opération de réhabilitation, avec un souci constant d’adapter les immeubles aux usages d’aujourd’hui.
Ainsi que la considération particulière du comité d’engagement de l’ANRU qui a retenu dans ses attendus la valeur architecturale  de l’œuvre de Paul Bossard et a affecté les fonds nécessaires pour une requalification architecturale, patrimoniale et paysagère des Bleuets.